Amoureux du plâtre

Publié le par compagnons du devoir tour de france, compagnon du

Formation.Un jeune Toulousain compagnon du devoir

Amoureux du plâtre

Extraits :
Amoureux du plâtre Formation.Un jeune Toulousain compagnon du devoir Alexandre Faure, originaire du quartier Montaudran, est formateur d'apprentis plâtriers au CFA des compagnons du devoir à Strasbourg où ce jeune homme de 22 ans vient de participer au concours de la semaine des métiers du plâtre.
 

 

 

Alexandre Faure, originaire du quartier Montaudran, est formateur d'apprentis plâtriers au CFA des compagnons du devoir à Strasbourg où ce jeune homme de 22 ans vient de participer au concours de la semaine des métiers du plâtre. Durant cett période, il devait réaliser avec les autres compagnons une maquette de l' A380, d'une longueur de 8,50m. Organisée par l'association pour la promotion des métiers du plâtre, cette manifestation est destinée à revaloriser la profession aux yeux du public, mais surtout auprès des jeunes.

Alexandre Faure manie le plâtre et la brique comme un sculpteur travaille l'argile. Avec patience et précision. Au début, rien ne prédestinait l'enfant de Montaudran à devenir artisan plâtrier. C'est l'amour de la matière, du travail noble et bien fait qui l'ont conduit chez les compagnons du devoir de Toulouse, rue des Pyrénées. «Le plâtrier n'est plus un tâcheron. Ce métier a beaucoup évolué depuis les années 60. Aujourd'hui, il peut donner libre cours à son imagination». Lui préfère réaliser les escaliers sur «voûte sarrasine», sans aucune armature métallique.

A 15 ans, il commence sa formation. «Mes parents étaient contents mais inquiets en même temps. Ce métier véhicule une image contraignante», reconnaît-il. Son diplôme en poche, il entame son tour de France en 2000. D'Albi à Marseille, en passant par Rennes et Strasbourg, l'apprenti d'alors rencontre des visages, des savoirs-faires et acquiert le goût de la transmission.

« Chez les compagnons du devoir, il y a des formateurs, des apprentis et des itinérants: c'est comme une famille, une vraie corporation. »

Avant d'envisager la suite de sa carrière, il aide les jeunes apprentis CFA des compagnons du devoir de Strasbourg lors des cours du soir. A.V.

Commenter cet article