Compagnons du devoir du tour de france Lille

Entrez dans le nouveau site

Nous sommes des hommes de métiers groupés en une association de type loi 1901, reconnue d’utilité publique ; c’est-à-dire que nous sommes reconnus capables de nous mobiliser pour une cause d’intérêt général : celle du devenir des jeunes et des métiers.

Depuis des siècles, notre succès tient à notre volonté de confronter jeunes et anciens, néophytes et experts, salariés et employeurs, hommes itinérants et sédentaires.

Ces rencontres sont une source de richesses incomparables et constituent les bases du Compagnonnage du Devoir.

Nos objectifs

… pour les jeunes sans qualification

Nous les aidons à trouver leur voie professionnelle, les préparons par l’apprentissage aux examens des métiers et faisons naître chez eux le goût d’apprendre.

Après cette première qualification, ils peuvent, s’ils le souhaitent, devenir Compagnon du Devoir.

… pour les jeunes déjà qualifiés

Nous leur proposons un épanouissement personnel et une ascension sociale, basés sur la transmission des connaissances, la rencontre et la mobilité : le « Tour de France », ouvert aux cinq continents, qui permet de devenir « Compagnon du Devoir ».

… pour les professionnels

Nous accompagnons leur développement en leur proposant des solutions adaptées à leurs besoins : placement d’apprentis motivés et de professionnels compétents, qualification et spécialisation des salariés, publication d’études techniques, conférences, colloques, recherche et mémoire.

Etre Compagnon, c’est considérer le travail non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen de se découvrir et de s’épanouir.

L’essentiel de cette philosophie tient dans quelques préceptes simples : transmettre son savoir-faire, être volontaire, droit et fidèle dans ses engagements, être capable de se remettre en cause, avoir un goût marqué pour la liberté d’entreprendre et de penser.

Au-delà d’un savoir-faire, c’est donc un véritable savoir être que les Compagnons proposent aux jeunes pour réussir leur vie.

Apprendre un métier, c’est bien ; réussir sa vie, c’est mieux !

Devenir Compagnon > Pourquoi ?

Parce que devenir Compagnon du Devoir, cela permet de se préparer à la mobilité d’emploi, à l’adaptabilité, à l’évolution de son métier et que cela dispose à se former tout au long de la vie.

Parce qu’être Compagnon du Devoir, c’est vivre d’un métier qu’on aime

et que cela reste un moyen exceptionnellement contemporain pour s’épanouir et trouver sa place parmi les hommes.

Parce qu’être Compagnon du Devoir, c’est aimer transmettre son savoir-faire et aimer ceux à qui l’on transmet : la transmission, le partage et le respect des autres sont des valeurs fondamentales que chaque Compagnon s’efforce de vivre.

Devenir Compagnon > Comment ?

Pour devenir Compagnon, il faut :

- aimer son métier et vouloir toujours apprendre ;

- s’ouvrir aux autres en ne craignant pas de se faire de nombreux amis ;

- savoir respecter quelques règles pleines de bon sens !

 

On devient Compagnon en suivant une méthode d’enrichissement personnel et professionnel basée sur le métier, le voyage et la communauté :

• il faut, pour commencer, être âgé de 18 à 23 ans et justifier d’une première qualification professionnelle dans l’un des 25 métiers reconnus par l’Association ;

• le voyage (autrement dit le Tour de France) consiste à profiter de la mobilité pour multiplier les expériences professionnelles. Il n’y a pas de parcours type ; chacun est libre d’inventer le sien, tant en nombre d’étapes qu’en durée, à travers les lieux de passage nationaux et internationaux organisés par l’Association ;

• il faut résider pendant son Tour de France dans les lieux de passage internationaux des Compagnons du Devoir : ils y proposent gîte, couvert, cours et formation complémentaire. Ce sont des lieux de rencontres et d’échanges si forts que les anciens en parlent leur vie durant !

 


Jeudi 03 Août 2006

entrez dans le site

Compagnons du devoir du tour de france Lille

Nous sommes des hommes de métiers groupés en une association de type loi 1901, reconnue d’utilité publique ; c’est-à-dire que nous sommes reconnus capables de nous mobiliser pour une cause d’intérêt général : celle du devenir des jeunes et des métiers.

Depuis des siècles, notre succès tient à notre volonté de confronter jeunes et anciens, néophytes et experts, salariés et employeurs, hommes itinérants et sédentaires.

Ces rencontres sont une source de richesses incomparables et constituent les bases du Compagnonnage du Devoir.

Nos objectifs

… pour les jeunes sans qualification

Nous les aidons à trouver leur voie professionnelle, les préparons par l’apprentissage aux examens des métiers et faisons naître chez eux le goût d’apprendre.

Après cette première qualification, ils peuvent, s’ils le souhaitent, devenir Compagnon du Devoir.

… pour les jeunes déjà qualifiés

Nous leur proposons un épanouissement personnel et une ascension sociale, basés sur la transmission des connaissances, la rencontre et la mobilité : le « Tour de France », ouvert aux cinq continents, qui permet de devenir « Compagnon du Devoir ».

… pour les professionnels

Nous accompagnons leur développement en leur proposant des solutions adaptées à leurs besoins : placement d’apprentis motivés et de professionnels compétents, qualification et spécialisation des salariés, publication d’études techniques, conférences, colloques, recherche et mémoire.

Etre Compagnon, c’est considérer le travail non pas comme une fin en soi, mais comme un moyen de se découvrir et de s’épanouir.

L’essentiel de cette philosophie tient dans quelques préceptes simples : transmettre son savoir-faire, être volontaire, droit et fidèle dans ses engagements, être capable de se remettre en cause, avoir un goût marqué pour la liberté d’entreprendre et de penser.

Au-delà d’un savoir-faire, c’est donc un véritable savoir être que les Compagnons proposent aux jeunes pour réussir leur vie.

Apprendre un métier, c’est bien ; réussir sa vie, c’est mieux !

Devenir Compagnon > Pourquoi ?

Parce que devenir Compagnon du Devoir, cela permet de se préparer à la mobilité d’emploi, à l’adaptabilité, à l’évolution de son métier et que cela dispose à se former tout au long de la vie.

Parce qu’être Compagnon du Devoir, c’est vivre d’un métier qu’on aime

et que cela reste un moyen exceptionnellement contemporain pour s’épanouir et trouver sa place parmi les hommes.

Parce qu’être Compagnon du Devoir, c’est aimer transmettre son savoir-faire et aimer ceux à qui l’on transmet : la transmission, le partage et le respect des autres sont des valeurs fondamentales que chaque Compagnon s’efforce de vivre.

Devenir Compagnon > Comment ?

Pour devenir Compagnon, il faut :

- aimer son métier et vouloir toujours apprendre ;

- s’ouvrir aux autres en ne craignant pas de se faire de nombreux amis ;

- savoir respecter quelques règles pleines de bon sens !

 

On devient Compagnon en suivant une méthode d’enrichissement personnel et professionnel basée sur le métier, le voyage et la communauté :

• il faut, pour commencer, être âgé de 18 à 23 ans et justifier d’une première qualification professionnelle dans l’un des 25 métiers reconnus par l’Association ;

• le voyage (autrement dit le Tour de France) consiste à profiter de la mobilité pour multiplier les expériences professionnelles. Il n’y a pas de parcours type ; chacun est libre d’inventer le sien, tant en nombre d’étapes qu’en durée, à travers les lieux de passage nationaux et internationaux organisés par l’Association ;

• il faut résider pendant son Tour de France dans les lieux de passage internationaux des Compagnons du Devoir : ils y proposent gîte, couvert, cours et formation complémentaire. Ce sont des lieux de rencontres et d’échanges si forts que les anciens en parlent leur vie durant !

 

Entrez dans le nouveau site

Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:52

Emploi : faites un tour chez les compagnons

Extraits :
Les compagnons les incitent à choisir cette voie royale vers un métier.

Le jour où d'autres pensent repos et loisirs, les futurs compagnons (2), eux, turbinent.

Nicolas Pralong dit « Périgord », 25 ans, recouvre de plomb une flèche de clocher miniature.

« Savoyard » a façonné une mappemonde en acier avec « Compagnons du devoir » en grandes lettres.

La compatibilité entre vie privée et compagnonnage, c'est une des questions les plus posées au prévôt.
 

 

 

On soude, on martèle, on abrase, on maçonne, on enduit… Le samedi, la maison des compagnons d'Albi, à Lapanouse, est une véritable ruche. Une dizaine de jeunes l'ont découverte avant-hier matin. L'association a invité les moins de 23 ans à sa première « journée de l'emploi ». Les compagnons les incitent « à choisir cette voie royale vers un métier. Elle s'adresse aussi bien à ceux qui recherchent une orientation qu'à ceux qui ont déjà une formation (CAP-BEP) mais pas de travail. Que ce soit avec un contrat de professionnalisation ou en participant à un tour de France, on peut leur trouver une solution. Avec nos 50 maisons en France et à l'étranger (dont d'autres antennes à Labruguière et Laguépie), on arrive à répondre aux besoins, à condition d'être prêt à bouger. La mobilité est essentielle », professe Jérémy Leclercq dit « La Persévérance », prévôt des compagnons d'Albi.

Centrée sur le bâtiment, l'opération de ce week-end était particulière. « Mais les gens en recherche peuvent venir un autre jour. C'est toujours ouvert. Des collégiens qui ne savent pas quoi faire plus tard visitent avec leur famille. Parfois, c'est le déclic…, dit Jérémy Leclerc. Carrossiers, mécaniciens, chaudronniers, maçons, menuisiers… Ils y rencontreront d'autres jeunes qui travaillent, dans une bonne ambiance. C'est génial (1). »

Le même spectacle revient, chaque samedi. Le jour où d'autres pensent repos et loisirs, les futurs compagnons (2), eux, turbinent. « La semaine, on fait nos heures dans nos entreprises respectives. Dans la mienne, on ne touche qu'à la restauration, jamais au neuf. Le samedi, ici, on apprend d'autres techniques et matériaux », dévoile Marc Ponsenard, en 1e année d'apprenti maçon. Ses camarades et lui « abordent la brique », maçonnant des murs, à la chaux pour pouvoir les démonter ensuite. D'autres conçoivent les « maquettes » et œuvres d'art qu'ils présenteront à leur examen de passage. Nicolas Pralong dit « Périgord », 25 ans, recouvre de plomb une flèche de clocher miniature. Ce couvreur-zingueur employé chez Zincolor à Albi a déjà passé « 600 à 700 heures » sur ce projet. Pierre Gil, Mathieu Prat, Christophe Fernandez et Arnaud Monteil achèvent un « banc détente », qu'ils présenteront mercredi à Toulouse au concours des meilleurs apprentis de France.

« Savoyard » a façonné une mappemonde en acier avec « Compagnons du devoir » en grandes lettres. Il n'est pas là pour nous la montrer : il est rentré chez lui. De temps en temps, les compagnons se prennent un « week-end famille ou copine ». La compatibilité entre vie privée et compagnonnage, c'est une des questions les plus posées au prévôt. « Il faut gérer. Ça s'apprend aussi », répond Jérémy Leclerc.

L'autre question est : « Est-on sûr d'avoir du travail après ? » Réponse du prévôt : « Les jeunes auront ce qu'ils se seront donnés la peine d'avoir ! »

(1) Maison des Compagnons, 2-4-6, rue du Maréchal-Liautey, tél. 05 63 77 89 20. Fax : 05 63 46 22 65

(2) La maison forme à Albi, 160 apprentis, 90 jeunes en perfectionnement tour de France, 40 stagiaires d'entreprises. L'effectif compte cette année deux filles.


Le chaudronnier «Provençal» est artiste

Le modèle lui est « venu dans la tête » cet été. Le chaudronnier « Provençal » (c'est ainsi qu'on l'appelle chez les compagnons) est aussi un artiste. Oliver Guillaume, 23 ans, est l'auteur d'un bas-relief de femme très séduisant. Après plusieurs étapes (plâtre, élastomère, béton), la statue, à taille humaine, sera reproduite trois fois en cuivre. « Chacun y voit ce qu'il veut. Pour moi, elle représente une mère tenant dans ses mains un oiseau. Il symbolise à la fois le voyage (chez les compagnons, on voyage beaucoup) et le départ des enfants », décrit son créateur. Le voyage, « Provençal » connaît. Après Lyon, Nantes, l'Angleterre, il a demandé le Sud-Ouest. Depuis juillet et jusqu'à juin, il est à Albi, où il travaille à la chaudronnerie Divina, avant de partir à nouveau pour l'Alsace.

« J'ai commencé par une terminale administration et gestion, qui n'a rien à voir. Après un BEP, j'ai opté pour les compagnons. Depuis tout petit, mon grand-père m'en faisait l'éloge… Sur le plan humain, ça apporte énormément, avec une règle basée sur l'entraide. Quand on arrive dans une nouvelle entreprise, on s'adapte de plus en plus vite. Chz nous, personne n'a peur de changer. On apprend tout le temps », dit-il avant de retourner à sa statue, pour laquelle il « ne compte pas les heures ». A.-M.D.

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:51

Formation.Un jeune Toulousain compagnon du devoir

Amoureux du plâtre

Extraits :
Amoureux du plâtre Formation.Un jeune Toulousain compagnon du devoir Alexandre Faure, originaire du quartier Montaudran, est formateur d'apprentis plâtriers au CFA des compagnons du devoir à Strasbourg où ce jeune homme de 22 ans vient de participer au concours de la semaine des métiers du plâtre.
 

 

 

Alexandre Faure, originaire du quartier Montaudran, est formateur d'apprentis plâtriers au CFA des compagnons du devoir à Strasbourg où ce jeune homme de 22 ans vient de participer au concours de la semaine des métiers du plâtre. Durant cett période, il devait réaliser avec les autres compagnons une maquette de l' A380, d'une longueur de 8,50m. Organisée par l'association pour la promotion des métiers du plâtre, cette manifestation est destinée à revaloriser la profession aux yeux du public, mais surtout auprès des jeunes.

Alexandre Faure manie le plâtre et la brique comme un sculpteur travaille l'argile. Avec patience et précision. Au début, rien ne prédestinait l'enfant de Montaudran à devenir artisan plâtrier. C'est l'amour de la matière, du travail noble et bien fait qui l'ont conduit chez les compagnons du devoir de Toulouse, rue des Pyrénées. «Le plâtrier n'est plus un tâcheron. Ce métier a beaucoup évolué depuis les années 60. Aujourd'hui, il peut donner libre cours à son imagination». Lui préfère réaliser les escaliers sur «voûte sarrasine», sans aucune armature métallique.

A 15 ans, il commence sa formation. «Mes parents étaient contents mais inquiets en même temps. Ce métier véhicule une image contraignante», reconnaît-il. Son diplôme en poche, il entame son tour de France en 2000. D'Albi à Marseille, en passant par Rennes et Strasbourg, l'apprenti d'alors rencontre des visages, des savoirs-faires et acquiert le goût de la transmission.

« Chez les compagnons du devoir, il y a des formateurs, des apprentis et des itinérants: c'est comme une famille, une vraie corporation. »

Avant d'envisager la suite de sa carrière, il aide les jeunes apprentis CFA des compagnons du devoir de Strasbourg lors des cours du soir. A.V.

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:50

Les Compagnons du devoir sous les ors de la République

Extraits :
Les métiers du patrimoine, des hommes et des femmes au service des biens culturels , est le thème de la 24e édition des Journées européennes du Patrimoine.Pour ce grand rendez-vous culturel, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre, de 14 heures à 18 heures, les salons de la préfecture d'Albi seront ouverts au public et accueilleront les Compagnons du devoir.François Philizot, préfet du Tarn, et Laurent Lepage, prévôt des Compagnons du devoir d'Albi, invitent le public à venir découvrir l'hôtel Carbonel, maison du XVIIIe siècle, l'enfilade des salons jaune, vert, la salle à manger, ses meubles, ses tableaux, où, l'espace de ce week-end culturel, les compagnons du devoir présentent leur savoir-faire.
 

 

 

Les métiers du patrimoine, des hommes et des femmes au service des biens culturels », est le thème de la 24e édition des Journées européennes du Patrimoine.Pour ce grand rendez-vous culturel, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre, de 14 heures à 18 heures, les salons de la préfecture d'Albi seront ouverts au public et accueilleront les Compagnons du devoir.François Philizot, préfet du Tarn, et Laurent Lepage, prévôt des Compagnons du devoir d'Albi, invitent le public à venir découvrir l'hôtel Carbonel, maison du XVIIIe siècle, l'enfilade des salons jaune, vert, la salle à manger, ses meubles, ses tableaux, où, l'espace de ce week-end culturel, les compagnons du devoir présentent leur savoir-faire.

À partir de l'escalier d'honneur, un circuit sera ponctué des travaux de réception qui viennent d'Albi, dont un escalier à révolution.Des jeunes compagnons montreront les gestes ancestraux qui font référence dans le métier en espérant déclencher des vocations. Laurent Lepage le précise, cette année, sur 110 compagnons accueillis de CFA, seuls trois n'ont pas trouvé d'embauche.Sous les ors de la République, une vingtaine de Compagnons du devoir d'Albi présenteront leurs chefs-d'œuvre et organiseront dans les jardins des ateliers de maçonnerie, chaudronnerie, taille de pierre, menuiserie et couverture.

Une belle cohabitation entre les métiers du patrimoine et ce haut lieu architectural d'Albi qui en fait partie.

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:48

Savoir-faire et savoir-être

Extraits :
À travers des rencontres avec des jeunes qui ont choisi cette forme d'apprentissage, les Compagnons souhaitent présenter toutes les filières et les débouchés que permet ce qu'ils appellent « la voie royale des métiers ».

Les apprentis peuvent y apprendre les métiers de menuisier, maçon ou mécanicien en maintenance de système automatisés, ou comme agents de matériel roulant des travaux publics.
 

 

 

Les compagnons du devoir d'Albi organisent deux journées d'information sur l'apprentissage, vendredi 3 et samedi 4 février, dans leur maison d'Albi. Ils invitent les jeunes, les familles et les enseignants à les rencontrer pour parler de la formation spécifique des compagnons, l'emploi et le perfectionnent à travers une formation itinérante en France et dans le monde. À travers des rencontres avec des jeunes qui ont choisi cette forme d'apprentissage, les Compagnons souhaitent présenter toutes les filières et les débouchés que permet ce qu'ils appellent « la voie royale des métiers ».

En 2005, la Maison des compagnons d'Albi a formé 160 jeunes en apprentissage âgés de 15 à 25 ans, d'un niveau de recrutement allant de la troisième au post-bac. Seul regret pour les Compagnons albigeois, seulement 10 % des filles suivent ces formations.

Comme dans leurs 38 centres de formation d'apprentis, les Compagnons d'Albi assurent une formation initiale et des sessions de perfectionnement. Les apprentis peuvent y apprendre les métiers de menuisier, maçon ou mécanicien en maintenance de système automatisés, ou comme agents de matériel roulant des travaux publics.

Les sessions de perfectionnement portent sur les mêmes domaines et concernent également les métiers de peintre, tailleur de pierre, pâtissier boulanger, chaudronnier ou plombier.

L'équipe est composée de 5 maîtres de cours formateurs et d'une quinzaine de personnes au total.

Le compagnonnage est le plus ancien de tous les systèmes de formation. Il repose sur des valeurs traditionnelles centrées sur le savoir-être autant que sur le savoir-faire.

Vendredi 3 et samedi 4 février, de 9 heures à 17 heures, journées d'information et de rencontre à la Maison des compagnons du devoir d'Albi, 2 - 6 rue Maréchal-Lyautey, tel 05 63 77 89 20

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:47

Un cadre de travail plus adapté pour les apprentis

Extraits :
L'association ouvrière des compagnons du devoir du Tour de France, basée à Colomiers, a établi un projet de réhabilitation et de mise en conformité des ateliers du CFA ( centre de formation des apprentis).

Sur ce site 176 apprentis y préparent le CAP de métallerie, et les BEP de réalisation d'ouvrages chaudronnés, de productique mécanique, option usinage, de carrosserie et techniques des installations sanitaires et thermiques.

En formation continue, se trouvent les ateliers de maintenance et système automatisés et construction maçonnerie béton armé.
 le même thème

 

 

L'association ouvrière des compagnons du devoir du Tour de France, basée à Colomiers, a établi un projet de réhabilitation et de mise en conformité des ateliers du CFA ( centre de formation des apprentis). Sur ce site 176 apprentis y préparent le CAP de métallerie, et les BEP de réalisation d'ouvrages chaudronnés, de productique mécanique, option usinage, de carrosserie et techniques des installations sanitaires et thermiques. En formation continue, se trouvent les ateliers de maintenance et système automatisés et construction maçonnerie béton armé.

«Ces travaux de réhabilitation s'avéraient nécessaires pour mieux accueillir les jeunes en formation. Nous ne nous agrandissons pas, mais les locaux seront plus modernes» explique Jim Struzyk, prévôt .

Trois ans de travaux

L'échéancier prévisionnel des travaux s'étend sur trois ans de 2006 à 2008. Dès la fin 2006, se fera l'installation du chantier et les travaux liés à la toiture et aux ateliers. Pour l'année 2007 se fera le réaménagement des ateliers, avec l'électricité et la ventilation. Pour 2008 les salles de cours et les équipements seront réhabilités. Le coût de cette opération est estimée à 2.675.585 € hors taxes soit 3.200.000 € TTC. La commission permanente du conseil régional a voté une participation à hauteur de 60 % du coût total TTC soit 1.920.000 €. La convention est actuellement en cours de signature au CFA.

La Région intervient aussi dans le financement de la formation des apprentis des trois sites des compagnons. Pour Toulouse(187 apprentis en charpente, ébénisterie, toiture), Colomiers( 176 apprentis) et Albi (150 apprentis en maintenance de matériel)

la subvention s'élève à 680 108,€ 80 pour ces formations qui permettent aux jeune de s'accomplir dans leur métier.

Les prochaines portes ouvertes des compagnons sur Colomiers, Albi et Toulouse se feront sur le thème de «la rencontre des métiers» . Elles auront lieu les 2- 3- et 4 février 2007.

Contact: tel 05.61.16.20.70 maison des compagnons à Colomiers, 5, rue Hyacinthe Dubreuil

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du - Publié dans : compagnons.du.devoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:46

Ce sont les bâtisseurs de l'avenir

Extraits :
Le fil conducteur est bâti ausur toutes les tranches de vie dans l'existence des hommes : maison de retraite, écoles, médiathèque d'Albi, palais des congrès de la porte Maillot à Paris, bureaux, appartements, musée, résidence à Avignon, chateau d'eau, basilique, hôpital et gare SNCF d'Angers .
 

 

 

« Maçon pour bâtir l'avenir» : une très interessante expostion pour le public et les scolaires se poursuit jusqu'au 5 février à la maison des compagnons du devoir à Colomiers. Placée sous le signe du quotidien, elle passe en revue les tranches de vie de l'homme et divers types de constructions qui l'accompagnent et jalonnent son existence. Demain jeudi 12 janvier a lieu à 18 heures un colloque ouvert à tous, ayant pour thème " Evolution des techniques dans l'art de construire pour répondre aux besoins de demain ".

«Ce colloque est complémentaire à l'exposition sur le métier de maçon, pour accomplir une oeuvre durable dans l'acte et l'art de construire. Nous aurons un autre colloque le jeudi 2 février sur l'architecture et les maçonneries régionales» nous explique Julien Rousseau, responsable de l'expo, mais il faut s'inscrire.

Cette exposition itinérante depuis 2001 a attiré des milliers de visiteurs dans plusieurs villes de France. Elle a réuni à la fois pour réaliser les ouvrages des ouvriers, entrepreneurs, architectes, ingénieurs, historiens, sociologues, fournisseurs et industriels avec des jeunes en formation sur le tour de France et les compagnons du devoir. Ce sont 22 maquettes qui sont présentées au public, faisant l'objet d'informations sur les matériaux et les techniques, le maçon et l'environnement, le métier dans les régions, les secteurs d'activité.. Le descriptif de la maquette du pont de Normandie nous fait découvrir l'anneau en béton de l'une des deux piles du pont, ou encore l'élément courbe posé à plat sur le sol du métro Rennais, le fin travail de la muraille gallo-romaine du Mans et l'art du colombage d'une maison en Alsace. Le fil conducteur est bâti ausur toutes les tranches de vie dans l'existence des hommes : maison de retraite, écoles, médiathèque d'Albi, palais des congrès de la porte Maillot à Paris, bureaux, appartements, musée, résidence à Avignon, chateau d'eau, basilique, hôpital et gare SNCF d'Angers . Cette rencontre avec le public a le mérite de mieux faire connaître le métier de maçon, dans sa diverstité et son savoir -faire, et où chacun peut évoluer. Et comme le dit si bien David Rousseau un jeune maçon en formation : «Nous construisons avec nos mains et les ouvrages restent. Ces hommes sont bien les bâtisseurs de l'avenir».

Ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi matin à la Maison des compagnons 5, rue Hyacinthe Dubreuil à Colomiers. tel 05.61.16.20.70

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:45

Demoiselles. Les Compagnons ouvrent leurs portes aux jeunes

 

 

 

«Nous rentrons dans une période d'orientation et de recrutement. Au niveau des collèges, beaucoup de jeunes commencent à s'informer et à choisir leur orientation future. Nous ouvrons nos portes pour leur permettre de venir découvrir nos infrastructures, les ateliers où travaillent nos jeunes et les métiers qui sont les nôtres», déclare Serge Joly, prévôt de la maison des Compagnons du devoir, situé au 28, rue des Pyrénées.

Du vendredi 2 au dimanche 4 février, de 9 à 18 heures, les jeunes et leurs parents sont invités à venir aux rencontres des métiers. L'activité de cette maison est tout d'abord un Cfa (Centre de formation des apprentis) qui accueille près de 200 jeunes en formation par alternance dans six métiers différents : maçon, plâtrier, menuisier, ébéniste, couvreur et charpentier.

Actuellement, 80 de ses jeunes font escale à Toulouse pour quelques mois, dans le cadre de leur Tour de France, voyage qui leur permet d'engranger des expériences significatives aussi bien professionnelles qu'humaines. L'épanouissement du jeune par le métier est complet.

Aujourd'hui, tous ces métiers étudiés chez les Compagnons du devoir, connaissent des débouchés. Les offres intéressantes ne manquent pas.

Lors de ces journées portes ouvertes, l'ensemble des jeunes résidents dans la maison accueilleront et présenteront leurs métiers manuels de manière active afin de les valoriser mais également d'aider les jeunes visiteurs dans leurs orientations.

«Il s'agit d'une présentation générale de ce que peut-être la formation chez les Compagnons du devoir et la motivation et le bien-être qu'un jeune peut obtenir sur son Tour de France», signale Serge.

A noter que cette année, l'association de «Don du sang» sera présente pour que les visiteurs qui le souhaitent puissent donner leur sang.

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du - Publié dans : compagnons.du.devoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:40
Article original ici



Rencontre. Installés à lapanouse, ils préparent des portes ouvertes.

Albi. Les Compagnons du devoir montrent leur savoir-faire

Extraits :
Implantés à Albi sur le quartier Lapanouse, ces 90 jeunes filles et garçons de 16 à 25 ans, sont accueillis en formation pour deux ans d'apprentissage dans 25 métiers manuels.

En fin d'apprentissage, les Compagnons partent pour un Tour de France, « c'est voyager dans l'Hexagone ou à l'étranger en se perfectionnant professionnellement et culturellement pour apprendre des techniques différentes selon les régions » confie le responsable du site.

Les portes ouvertes se dérouleront sur ce site les vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 février 2008 de 9 heures à 18 heures sous forme de petits ateliers des métiers et formations proposés.
 

 

 

Les Compagnons du devoir. Mais qui sont-ils aujourd'hui ? Ce sont des hommes de métier, polyvalents et reconnus d'utilité publique. Ils ont toujours cultivé des valeurs éthiques comme le travail bien fait ou la transmission des savoir-faire. Le compagnonnage allie à la fois la main et l'esprit. Apparus depuis les années soixante-dix, certainement le plus ancien des mouvements ouvriers, ils ont su évoluer avec le temps et les évolutions de la société avec la féminisation, en pratiquant leur métier dans des entreprises actuelles.

Implantés à Albi sur le quartier Lapanouse, ces 90 jeunes filles et garçons de 16 à 25 ans, sont accueillis en formation pour deux ans d'apprentissage dans 25 métiers manuels. L'entente entre les élèves et les habitants du quartier est agréable. Laurent Lepage directeur du CFA d'Albi indique que « le but est de former un métier, non pas un diplôme, c'est une philosophie de vie ». Le choix d'un métier est très important et cette expérience est en même temps le choix de la connaissance de la richesse humaine.

Rattachée à l'Éducation Nationale, cette association propose un enseignement par alternance en partenariat avec les entreprises de la région comme un CAP-BEP-BTS dans un centre de formation pour apprenti.

C'est-à-dire six semaines en entreprises deux semaines en cours avec des ateliers et des matières générales. Pour prétendre rentrer dans ce cursus il faut être très motivé, persévérant et avoir un bon niveau scolaire. On compte pas moins de 84 maisons en France. En fin d'apprentissage, les Compagnons partent pour un Tour de France, « c'est voyager dans l'Hexagone ou à l'étranger en se perfectionnant professionnellement et culturellement pour apprendre des techniques différentes selon les régions » confie le responsable du site. Des portes ouvertes sont organisées les 1er, 2 et 3 février à Lapanouse pour découvrir ces métiers. Soyez au rendez-vous….

Compagnons du devoir, 2 rue Marechal Lyautey dans le quartier Lapanouse à Albi. Les portes ouvertes se dérouleront sur ce site les vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 février 2008 de 9 heures à 18 heures sous forme de petits ateliers des métiers et formations proposés. Tél. : 05 63 77 89 20

Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du - Publié dans : compagnons.du.devoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 24 janvier 4 24 /01 /Jan 08:32
Les quatrièmes Rencontres des Métiers

Les 1,2 et 3 février prochains, nous ouvrons les portes de nos Maisons partout en France. Venez découvrir à cette occasion nos métiers et nos formations. De nombreuses animations vous seront proposées : ateliers vivants, tables rondes, visites guidées des Maisons, projections de films de métier... Toutes vos questions seront les bienvenues : notre équipe pédagogique et nos apprentis se feront un plaisir d'y répondre !

Pour en savoir plus, contactez la Maison la plus proche de votre domicile. Vous trouverez ses coordonnées à l'adresse suivante : www.compagnons-du-devoir.com




 
Par compagnons du devoir tour de france, compagnon du - Publié dans : compagnons.du.devoir
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus